Marine Gabriel, créatrice du compte Instagram Balance ton Utérus, est une jeune femme engagée qui milite contre les violences gynécologiques et obstétricales (VOG) en donnant la parole aux femmes qui nous racontent leurs histoires. Je vous avez déjà présenté son travail ici.

A travers des témoignages sous forme de messages anonymes poignants, Marine, victime de VOG elle-même, a souhaité instaurer un espace bienveillant pour permettre aux victimes de VOG de s’exprimer afin de dénoncer ces tabous encore trop présents dans le milieu médical.

Illustration de la vérité au bout des lèvres © Kiwi Editions

Un livre coup-de-poing pour dire stop aux VOG

Nous nous sommes rencontrées l’année dernière avec Marine autour d’un café afin d’échanger ensemble sur ces violences souvent systématiques, les ayant subi moi aussi. Nos témoignages mutuels ont fait écho à une réalité dérangeante que nous avons voulu dénoncer tout d’abord en collaborant ensemble sur son compte.

Puis une maison d’édition engagée, Kiwi, a souhaité porté le projet de Marine et lui donner, ainsi qu’à toutes ces femmes courageuses qui témoignent, une plus grande visibilité à travers un ouvrage poignant, La vérité au bout des lèvres,  pour combattre ces violences et libérer la parole des femmes sur ce tabou. Celui-ci est à paraître le 11 juin, il est disponible en précommande en ligne et en librairie.

Témoignage de Marine de @balanceotonuterus

Lorsque Marine m’a confié son histoire, j’ai été bouleversée et choquée, comment peut-on donner la vie et avoir envie de mourir ? Comment des actes proches de la torture peuvent-ils être pratiqués au sein d’une maternité en toute « légitimité » ? Il était important que son récit traumatisant , comme malheureusement beaucoup d’autres, ne restent pas dans l’ombre, c’est pourquoi ce projet a pris tout son sens !

Dans « La vérité au bout des lèvres », Marine dénonce des actes intolérables et non-justifiés pour éveiller les consciences, sensibiliser le corps médical et soutenir les victimes. Son histoire dérange, interpelle et interroge sur ce qu’il se passe lorsque les portes sont closes, là où le secret médical prime sur l’empathie et le consentement.

Témoignage de Marine de @balanceotonuterus

Ces illustrations ne figurent pas dans le livre, mais vous pourrez en découvrir beaucoup d’autres illustrant de nombreux témoignages de la communauté @balancetonuterus collectés par Marine. Dans ce livre, Marine nous livre sans détour son histoire et donne également la parole, sans jugement, à toutes ces femmes courageuses, mais aussi aux sages-femmes.

Le but de ce livre est de donner des pistes pour combattre ces violences à la racine afin de pouvoir consulter en toute sérénité dans un environnement sain et respectueux de notre corps. Ce livre n’est absolument pas un manifeste contre le corps médical, comme dans tout corps de métier, il y a de très bons professionnels de santé, mais il est important de dénoncer certaines pratiques bien identifiées et inacceptables pour faire bouger les choses et vite !

Témoignage de Marine de @balanceotonuterus

Je remercie tout particulièrement Marine Gabriel de m’avoir fait confiance pour illustrer son histoire douloureuse. Comme n’importe quel traumatisme, mettre des mots sur ces maux est souvent difficile et éprouvant. Nous espérons que ce livre permettra de sensibiliser davantage aux VOG et qu’il aidera chacun et chacune à mieux les identifier, en prendre conscience pour se protéger et trouver des clés pour s’en sortir et avancer. Un grand merci également à notre éditrice Katia Kaloun des éditions Kiwi d’avoir rendu ce projet possible.

Les médias en parlent afin de sensibiliser aux VOG

Au cours de ces dernière semaines, Marine est intervenue dans plusieurs médias afin de raconter son histoire difficile pour dénoncer les VOG et ainsi libérer la parolede toutes ces femmes. Le Tribunal du Net, Melty, Simon Media, ils ont tous donné la parole à Marine pour sensibiliser aux VOG.

Il est important dans un premier temps de les identifier, car elles sont multiples et variées, certaines femmes en ont été victimes sans pouvoir mettre des mots dessus, ensuite il est urgent de sensibiliser les accompagnants et le corps médical sur celles-ci. C’est pourquoi Marine donne également des clés pour les accompagnants afin qu’eux aussi puissent intervenir et reconnaitre certaines formes de violences.

Illustration de la vérité au bout des lèvres © Kiwi Editions

Comme le dit Marine dans La vérité au bout des lèvres : « L’accompagnant est souvent le ou la partenaire lors d’un suivi de grossesse ou un accouchement, mais pas systématiquement. C’est aussi souvent la maman pour les jeunes filles lors d’un suivi gynécologique de routine. L’accompagnant.e assiste bien à des VOG mais ne réagit que rarement, tout comme la patiente. »

« Si vous êtes un.e accompagnant.e, n’hésitez pas à poser des questions et à vous assurer que chaque geste et chaque acte est fait dans la bienveillance et le respect du consentement. Vous êtes plus qu’un soutien, vous êtes un témoin et un rempart aux dérives. »

Illustration de la vérité au bout des lèvres © Kiwi Editions

« Pour les conjoint.e.s qui assistent à l’accouchement, assurez-vous bien que durant tout le suivi de la grossesse, les choses ont bien été expliquées à la future maman. » Vous pouvez retrouver de précieux conseils dans ce livre, Marine tend à sensibiliser notre entourage proche (et moins proche) car les VOG ne sont pas uniquement traumatiques pour les femmes elles-même, mais également pour leur entourage (conjoint, mère, etc…)

Si vous souhaitez témoigner ou que vous avez besoin d’aide suite à des VOG, vous pouvez aller sur le site de Marine, balancetonuterus.com. Vous avez la possibilité d’être mis en relation avec d’autres personnes via des groupes de soutien, vous y trouverez également des informations sur les différentes contraceptions possibles. Mais aussi des témoignages sur des maladies longtemps considérées comme « invisibles » et à l’origine de nombreuses errances médicales et de souffrances avant d’y poser un diagnostique et dont il est important de parler : vaginisme, endométriose, etc…