Ça faisait un moment que je n’avais pas mis en avant de nouveaux entrepreneurs sur le blog. Cette fois-ci, j’ai voulu donner la parole à des lillois qui ont choisi de sublimer la femme aussi bien dans les sous-vêtements qu’ils leur proposent que via leur art.

C’est dans le cadre d’une collaboration pour Lingerie Mon Amour que j’ai découvert Marie, sa créatrice, ainsi que Yanik Balic, photographe professionnel qui shoote les différents ensembles portés par des femmes de la “vraie vie”.

Lingerie Mon Amour, de la lingerie qui vient jusqu’à chez toi !

Lingerie mon Amour est un site de lingerie et d’accessoires, comme des bijoux de corps, qui propose un large choix de modèles avec des marques internationales comme Bluebella en passant par des créatrices françaises comme Claire veut la lune, qui travaille uniquement avec de la dentelle de Caudry-Calais par exemple.

Sur son site Marie met en avant toutes les silhouettes, pour elle le body positive est essentiel et la femme a de multiples morphologies. Les modèles sont portés aussi bien par des mannequins que par des femmes comme “toi et moi” afin de se “réapproprier” notre sensualité souvent biaisée par des photos retouchées. Mais qui mieux que Marie peut vous parler de Lingerie Mon Amour !

1. Marie, peux-tu nous raconter comment Lingerie Mon Amour est née ?
La lingerie est une de mes passions. En devenant maman, certaines rencontres m’ont ouvert les yeux sur ce que je voulais au plus profond de moi : “faire plaisir aux femmes”. Dans mon entourage trop de femmes se contentent de lingerie comme un besoin et non une fantaisie pour s’octroyer un réconfort et exploiter leur sensualité. J’ai aussi fait un constat navrant en magasins spécialistes de lingerie de n’avoir ni accueil ni conseils alors que je ne connaissais pas ma taille de soutien-gorge (comme 70% des femmes) et j’étais prête à acheter.

Avec une boutique en ligne, je m’attache à procurer du conseil sur chaque pépite et ce conseil est constant pour les internautes qui surfent jour et nuit, libres de trouver des articles des plus classiques aux plus osés en toute discrétion.
Ambitieuse, positive, et bien entourée, mon mari me pousse à créer ma propre activité. Lingerie mon amour me donne beaucoup de plaisir et je m’épanouis dans ma vie d’entrepreneure et de femme au quotidien.

2. Quels sont les différents produits que l’on peut trouver actuellement sur ton site ? 
Lingerie mon amour couvre une large gamme de lingerie de jour et de nuit originale et disponible des bonnets A à O. Chaque morphologie doit trouver sa place adaptée à son budget. L’objectif est de pouvoir satisfaire les femmes dans leurs recherches d’exigence, de confort et de qualité.
On trouve aussi des bijoux de créateurs pour sublimer le corps : chaîne de buste, de genou (à découvrir absolument), de cheville, bracelets et colliers label dentelle de Caudry-Calais, tatouages éphémères de Roubaix. Récemment j’ai intégré les cartes cadeaux et box mensuelle de lingerie pour guider aussi les amoureux.ses maladroits.es [rires].

Lingerie mon amour est une boutique alternative : tant sur les produits que sur le fonctionnement. Pas besoin d’affronter la porte du sex shop pour trouver de l’excitation dans son quotidien (je ne dis pas que ce n’est pas utile non plus, je respecte les envies de chacun!). Ici la qualité est présente autant que le savoir-faire des marques connues, françaises ou internationales, et des créateurs. J’adore proposer des exclusivités. L’inconnu ne m’a jamais effrayé. J’aime aller hors des sentiers battus et c’est tout l’intérêt de proposer des formes et des matières différentes. A porter au quotidien svp !!

Côté prix, pour les budgets serrés, je choisis scrupuleusement des produits de qualité moins chers, j’ai mes astuces… chut !! Le respect des femmes, de leurs corps, de leurs envies et de leurs porte-monnaie me tient à coeur.

3. Tu mets en avant beaucoup de créatrices françaises, notamment “Claire veut la Lune” qui travaille uniquement avec de la dentelle de Caudry-Calais,peux-tu nous expliquer ta démarche ?
Pourquoi prôner le made in France ? Notre patrimoine est exceptionnel, les savoir-faire sont là et parfois on s’en éloigne par cause financière. La dentelle de Caudry-Calais a son histoire, et une fois que vous la connaissez, vous en tombez immédiatement amoureux.se. Claire est une designer multi-facettes qui m’éblouit par ses créations, des bracelets délicats en dentelle jusqu’au sublime kimono à porter sur un top et un jean ou simplement sur la lingerie pour une soirée spéciale romantique. Je crois avoir ce devoir de transmission. Une fois ces portes créatives poussées, l’esprit est éveillé aux merveilles locales et le prix de cette originalité est accepté. Savoir que je soutiens les créateurs est gratifiant personnellement. Et dans son dressing lingerie un trésor unique s’y trouve !

Les landes ont aussi leurs pépites, notamment la créatrice qui fabrique à la main des chaînes de buste avec des matériaux recyclés. A porter dessus/dessous. Sublime ! A terme l’objectif est de mettre à l’honneur moitié créateurs moitié marques connues. Les salons permettent de dénicher des pépites, localement et à l’international aussi.

4. Tu as sélectionné aussi de la lingerie organique comme la marque espagnole “Baelle dont les maillots de bains sont produits avec des matières telles que le bambou ou encore le coton. L’éthique est-il devenu une valeur aussi fondamentale que la sensualité et la qualité ?
Quand je présente l’activité comme lingerie érotique, en général ça refroidit plus que ça ne réchauffe ! Le sexe et l’érotisme sont tabous aujourd’hui. Pourtant l’héritage historique est riche dans ce domaine et bien plus débridé. Ce temps n’est pas révolu. L’érotisme est partout : les caresses, les attentions, la sensation du vent sur la peau, la dégustation de chocolat ou d’un bon plat… Là sont les sensations de plaisir, la sensualité à vivre seul.e et à partager.

Dans un débat si sensible et pertinent que le développement durable et la préservation de l’environnement, ma place était justement choisie dès l’étude du projet. Baelle est une société familiale espagnole où la lingerie et le bain sont travaillés en atelier à la main. La rencontre sur le salon de la lingerie a été un déclic. Oui, le feeling des rencontres créé les différents partenariats Lingerie mon amour. Savoir qu’une entreprise s’engage à offrir une qualité réfléchie et durable aux consommateurs la rend plus humaine et juste. Consciente des enjeux, je cherche aussi des partenariats pour le recyclage de la lingerie usée. Nous avons tous un rôle à jouer pour sauver la vie de la planète.

5. Tu te déplaces aussi à domicile afin de conseiller au mieux ta clientèle sur la lingerie adaptée à ses envies et sa morphologie, est-ce que que les femmes se sentent plus en confiance pour “oser” se faire plaisir dans ce cadre plus intime ?
Sur rdv, des groupes de nanas qui se connaissent me convient à leurs soirées filles, ou après-midi shopping chez elles. Le contact est simple, le discours y est vrai, mais professionnel. Elles me confient tour à tour leurs besoins, parfois croisés, sur les dessous pour une tenue spéciale ou une problématique de taille. Je les mesure avec un mètre ruban, je fouille dans l’échantillon du stock emmené, et elles essayent. J’aime provoquer en faisant essayer des formes inhabituelles. Parfois ça ne plaît pas, mais souvent ça matche !

Voilà une femme ravie de sa silhouette, qui se sent belle. Oui bien dans sa lingerie, bien dans ses baskets et bien dans sa tête. Pari gagné ! Elle ne repart peut-être pas avec le modèle extravagant, mais elle l’a en mémoire. Cette ouverture d’esprit me plaît, et ces soirées me font apprendre de chacune, selon l’intimité qu’elle me laisse entrevoir. Ainsi chaque problématique est un challenge.

Cette parenthèse sans tabou entre filles est conviviale. L’esprit est libre. Les expériences et anecdotes pleuvent [rires]. Les articles ne sont pas toujours disponibles en stock, mais quelques jours après la commande, j’aime les livrer en main propre, avec une surprise. Oui les femmes aiment les attentions !

6. Tu proposes de la lingerie pour sublimer toutes les silhouettes. Sur ton site on voit les modèles portés aussi par de femmes de la “vraie” vie et non retouchées, pourquoi c’est si important pour toi de te positionner ainsi ?
Comme je disais l’érotisme est tout autour de nous. La lingerie est une des clés du bien-être. Révéler ses envies et se sentir libre de porter ce qui nous fait du bien est essentiel. C’est exprimer aussi son caractère.

Lors du shooting photo de début juillet avec Yanik Balic , le but est de démocratiser cet univers glamour érotique, avec des silhouettes de femmes croisées dans la rue et pas des mannequins aux silhouettes parfaites. L’équilibre physique et psychologique féminin est fragile. La vie d’une femme est complexe et souvent brimée. Être fille, femme, épouse, maman et travailleuse demande une énergie énorme. D’expérience, la frustration à ne pas trouver sa taille conduit à un mauvais maintien, un mal être voire une douleur qui peut se ressentir dans une situation privée comme publique.

Par exemple, je trouve ça fou qu’une femme aux formes voluptueuses ne puisse pas accéder à la lingerie grandes tailles à des prix compétitifs. Je lui refuse de s’habiller avec des produits qui ne lui apporteraient pas confort et séduction, par défaut. Je préfère lui offrir le choix entre un soutien-gorge conçu et taillé idéalement pour le confort et le maintien de marque Prima Donna et son alternative plus raisonnable en prix chez Freya avec des produits au bien-aller très correct. Autre exemple, une cliente a découvert le confort des soutien-gorge séduisants chez Marie Jo et y est depuis fidèle. Elle est satisfaite et éprouve du plaisir.

7. Quelles sont les prochaines tendance/collections que nous pourrons retrouver sur Lingerie Mon Amour
Je confectionne la collection au feeling, au gré des rencontres. Mon choix est propre à l’univers Lingerie mon amour, ni mode ni anti-mode mais à la mode de la créativité. La vie est colorée, originale, alors Lingerie mon amour sort des sentiers battus, pour créer la différence.

A venir : des soutiens-gorge avec fermeture à l’avant pour les problématiques post-opératoires, des triangles sans armatures pour plus d’aisance mais avec du maintien. Je suis les demandes particulières confiées lors des rencontres à domicile. Enfin, les hommes ne seront pas délaissés, puisque dès 2020 une partie de la collection leur sera dédiée !

Lingerie mon amour propose une panoplie de lingerie-plaisir portable au quotidien et pas seulement en nuit de noces ou soirée coquine ! Portez ce qui vous plaît, ayez confiance en vous et vivez l’instant, vous êtes belle !

Yanik Balic, un photographe qui se “plie en 4” pour toi !

Yanik Balic est un photographe professionnel spécialisé dans les reportages de mariage, les shooting photo en studio (grossesse, photo de famille, …) mais aussi l’évènementiel (portrait professionnel, reportage d’entreprise,…). Son studio est situé à proximité de Villeneuve d’Ascq, à Forest-Sur-Marque plus exactement.

Ce qui m’a de suite séduite chez Yanik, c’est son accueil chaleureux, son professionnalisme à toute épreuve (même perché sur un toit pour la meilleure prise) et surtout sa bonne humeur qui saura vaincre ta timidité et/ou ton angoisse face à l’objectif. Mettre ses modèles en confiance pour un séance qui leur ressemble, c’est le quotidien de Yanik qui va nous parler un peu plus de son métier.

1. Yanik, peux-tu te présenter et nous dire comment tu es tombé dans la photo ?
J’ai 46 ans, je suis marié et j’ai deux filles. Je suis originaire de la métropole Lilloise et j’ai installé mon studio photo à Forest-sur-Marque juste à proximité de Villeneuve d’Ascq ma ville natale. J’ai grandi dans une famille d’artistes avec un père peintre/sculpteur Yougoslave expatrié dans les années 70. J’ai grandi avec la culture de l’image et ma vocation de photographe est apparue à l’âge de 6 ans lorsque j’ai reçu mon premier appareil photo : Un polaroid 1000.

Depuis, il y a eu beaucoup de chemin de parcouru avec une orientation scolaire plutôt classique, une passion de la photographie qui m’a aidé à grandir, à prendre du recul, à observer le monde et à m’ouvrir aux autres. J’ai rapidement pris goût à ce détachement et cette proximité humaine, et j’ai décidé d’en faire mon métier pour profiter pleinement du temps qui passe et qui ne se rattrape plus.

2.  Tu travailles beaucoup avec la lumière naturelle de sorte à retoucher le moins possible tes photos pour ne pas les dénaturer, peux-tu nous en dire plus sur ta démarche ?
Je travaille souvent en lumière artificielle lorsque je suis en studio mais j’avoue avoir une préférence pour la lumière naturelle en extérieur/intérieur parce que cette démarche est complètement différente. Là où le studio m’oblige à peindre le sujet avec des lumières additionnelles, en reportage je me laisse emporté par la lumière naturelle. Je l’observe, je l’écoute et je l’utilise pour obtenir l’image qui me stimule… qui me parle. C’est en quelque sorte une étroite collaboration entre les lois de la nature et moi.

Au delà de la lumière, c’est également une démarche personnelle et philosophique liée à la simplicité et la réalité. On vit à une époque complexe où le monde virtuel et le monde réel s’entrechoquent, où l’image s’impose et s’écarte progressivement de la réalité. Il suffit de regarder les applications de smartphone qui permettent de faire des photos « retouchées » pour correspondre à l’attente des consommateurs.

Ma démarche va en quelque sorte à contresens du système avec la création d’images simples et proches de la réalité. Mon rôle de photographe est de capter le bon angle, la belle lumière et le bon moment pour le déclencher.

3.  Tu proposes aussi bien tes services pour des shootings professionnels que des événements plus intimes (mariage, naissance, EVJF). Comment procèdes-tu avec ta clientèle pour bien définir leurs attentes (ambiance, style, ect) ?
J’avoue que je ne sais pas vraiment. Je dois certainement faire un judicieux dosage entre l’aspect professionnel et artistique.
Pour les séances photo avec les particuliers, je pense que j’impose mon style. Je vis pleinement mes shootings pour passer un bon moment avec les personnes que je rencontre. Comme je dis souvent, je m’occupe de la lumière, des points de vue et du cadrage… je vous laisse faire le reste. Peut-être que ma simplicité et mon professionnalisme rendent les choses plus faciles.
Pour les shoots professionnels c’est différent car je dois respecter un cahier des charges et les contraintes de mes clients. L’approche est complètement différente.

4. Dans le cadre du shooting pour Lingerie Mon Amour, tu as travaillé avec des modèles qui n’ont pas forcément l’habitude de poser devant un objectif (challenge!). Quelle sont tes techniques pour instaurer un climat de confiance et bienveillant ?
Je ne pense pas avoir de technique ☺ J’aime préparer mes séances avant le jour « J » pour permettre au modèle de prendre le temps de la réflexion avant de poser en lingerie. Un premier contact est indispensable pour créer un climat de confiance. Autour d’un café ou par téléphone pour aborder tous les aspects de la séance, le style d’image, le lieu, les différents acteurs présents.

Le jour « J » c’est très cool car le modèle connaît les grandes lignes du déroulement de la séance… c’est plutôt rassurant.
 Je suis très attentif à mon comportement et au ressenti du modèle pour créer un équilibre et une fluidité pendant les prises de vues. Je suis conscient que le modèle dévoile une partie de son intimité face au photographe et que c’est un exercice pas forcément évident pour tous, alors je respecte le modèle et je la rassure… c’est une de mes règles d’or.

View this post on Instagram

Extrait d'une séance photo avec ÉLISE.

A post shared by YANIK BALIC (@yanik_balic) on

5. Tu travailles avec différents types de modèles : habillées, en lingerie, maquillées, ou enceintes. Tu défends la diversité féminine à travers ton art. Est-ce qu’un shooting aide à reprendre confiance en soi ?
C’est à double tranchant. Oui, ça aide à reprendre confiance en soi, mais seulement si le photographe a bien fait son travail. Comme je dis très souvent, le photographe ne « prend » pas des photos, il réalise des images. Dans cette démarche, il y a un aspect technique bien entendu, mais également un aspect créatif et psychologique. On ne fait pas prendre les mêmes poses à toute les personnes. Chaque morphologie et chaque visage a une mise en valeur différente. Il y a rien de pire que de standardiser ces images. Pour une mise en valeur il faut réaliser des images sur mesure.

Vivre l’expérience d’une séance photo, c’est le lâcher-prise, c’est se dévoiler (peu importe sous quelle forme) et faire confiance à un photographe que l’on ne connait pas forcément. C’est être surprise et découvrir un regard différent sur soi. C’est un vrai travail thérapeutique où on « ose » se regarder pour se trouver belle. C’est mettre de côté les critères de beauté imposés et martelés par les publicités qui font naitre des complexes chez beaucoup de femmes. La beauté est en nous… il suffit juste de la montrer.

6. Avec les réseaux sociaux qui imposent de plus en plus le zéro-défaut, est-ce que es amené à travailler aussi en collaboration avec des make-up artistes pour aider tes modèles à se sentir mieux dans leur corps avant un shooting ? 
Oui bien entendu car c’est aussi une demande, donc je le fais. Mais je trouve que le « zéro défaut » n’a pas de goût !!
 Je travaille actuellement sur un projet personnel qui irait à contre-sens du système où la femme serait mise en valeur au travers de sa vie intime sans être maquillée ou coiffée, soit plus éloigné de la mode. J’aimerais que mes images puisse dévoiler la beauté au travers d’une ambiance ou d’une attitude tout simplement.

7. Quelles sont tes sources d’inspiration ? Est-ce que tu as des artistes que tu affectionnes particulièrement ?
J’apprécie particulièrement les photographies anciennes qui marquent l’histoire et qui nous font voyager lorsqu’on les regarde attentivement. Nous devrions tous reprendre l’habitude de regarder et d’analyser une image. Les réseaux sociaux matraquent d’images que nous survolons à peine.

J’aime les images riches en détails, pleines de vie et d’émotion. J’aime les tranches de vie et l’intimité des gens quelques soient leur cultures.

Pour ne rien manquer de Lingerie Mon Amour !

Pour ne rien manquer de Yanik Balic !