Et si on parlait de choses, qui fâche. LE SPORT !

tumblr_m79wjdQXwA1ql5yr7o1_400

Cette activité non lucrative et chiante au possible où fessiers charnus et silhouettes dodues doivent cohabiter avec des culs rebondis et des tablettes qui te rappellent celles, au chocolat, qui ne tu ne mangeras pas ce soir.

Eh oui, faire des galipettes n’est pas suffisant pour se sculpter un derrière de déesse même si tu maîtrises le Kâma-Sûtra. Crois-moi, si le sport en chambre faisait maigrir, je serai double championne olympique d’équitation ! Et toi aussi qui enfourches ton fidèle destrier, tu te reconnaîtras !

Le dicton « Faire l’amour, c’est faire du sport » a été inventé par des 3 pattes qui ont vu en nous des truffes potentielles pour y croire… et surtout pour le pratiquer à outrance pour se donner un tant soit peu bonne conscience.

Face à la dure réalité des choses et étant pauvre (out les implants fessiers), j’ai dû me résoudre à l’impensable : muscler mon petit derrière et tonifier mes autres attributs (sauf mammaires) via une activité honorable..

C’est avec un pincement au cœur que je me suis abonnée à l’une de ces salles de fitness pour être sûre de ne pas me défiler cette fois.

Passez l’épreuve de se faire dévisager par des crevettes souffreteuses qui débutent ou des habitués testostéronés, il faut apprendre à dompter les machines de torture. Et là c’est le début de la fin.

Te voilà en train de chercher sur quel bouton appuyer, deviner quelle partie du corps ça te fait travailler. Ou encore comment la programmer pour que tout s’arrête le plus vite possible, histoire de ne pas te décomposer en public !

Pendant ce temps, qui te parait une éternité, tout le monde te regarde et accessoirement se fout de ta gueule mais surtout pas une bonne âme, ayant pitié de ton sort, ne te montre comment ça marche.

Tu te retrouves alors à essayer de te muscler le popotin sur un step alors que c’est ton périnée que tu tonifies tellement tu te contractes de douleur alors que tu as enclenché le programme perte de poids, celui que tu ne peux pas changer ! A moins de quitter le step.. mais comme tu es un peu con-con tu t’y accroches comme une moule à son rocher.

Je passe l’étape des abdos où à peine 3 flexions péniblement réussies, tu as envie de pleurer alors que ceux à ta gauche et à ta droite font 5 séries de 20..

L’humiliation suprême, ton voisin bien sûr ou devrais-je dire ta voisine. Tu sais la bombasse, blonde, grande, bien galbée, sexy dans son petit short moulant et sa brassière renfermant des obus d’acier qui vient se mettre à côté de toi, qui n’a rien demandé à personne.

Tu l’insultes intérieurement « Groce saloppe » (sic), même quand tu penses tu le fais mal et avec des fautes d’orthographe car tu n’as même plus la tête à parler français !

Et à ce moment-là, gros dilemme : tu viens à peine de commencer ton programme sur la seule machine qui veut bien de toi et voilà qu’il faut choisir. La quitter pour cacher ta peine ailleurs ou affronter cette ultime provocation et te jurer de devenir comme elle dans 6 mois.

J’ai choisi la deuxième option. Parce que j’ai préféré me dire que, fut un temps, elle a été comme moi et surtout qu’un jour je serai comme elle (bah quoi l’espoir fait vivre non ?).

Et que tu ne vas pas à la salle seulement pour maigrir, mais aussi pour t’entretenir… et retarder le moment où tu vas retrouver ton chocolat ! Une fois que tu t’abstiens à tes 2 séances par semaine, tu en manges sans une onde de culpabilité.

Et mieux encore tu poses un regard satisfait sur tes formes généreuses mais toniques et tu exhibes fièrement ton popotin musclé mais toujours aussi imposant !

Pour conclure, une grosse pensée pour mon ami Jérôme.

Si tu as aimé cet article sur Secrets de Coquines, n’hésite pas à laisser un commentaire !